DIETETICIENNE NUTRITIONNISTE D.E.

Comportementaliste diplômée d'université

Dépistage et prise en charge des Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

Caroline SEGUIN, nutritionniste comportementaliste et psychopraticienne, vous permet Diététicienne Toulouse,Diététicienne Toulouse,Diététicienne Nutritionniste D.E.,Comportementaliste alimentaire,Caroline  Seguinde définir la nature de vos troubles et vous accompagne dans une prise en charge à la fois technique et psycho-thérapeutiqueDirectrice du CSA TCA (Centre de Soins et d’Accompagnement des Troubles du Comportement Alimentaire), membre de la FNA-TCA et de la FFAB, son approche est pluridisciplinaire et psycho-nutritionnelle.

Caroline SEGUIN est Fondatrice et Présidente de l’association LES PETITS POIS, lauréate 2014, 2015 et 2016 du Programme « Soigner les conduites anorexiques et boulimiques » de la Fondation de France et lauréate 2017 des Coups de coeur solidaires de la Fondation SNCF.

pour compléter les consultations par des activités thérapeutiques, consulter le site : www.anorexieboulimieobesite-toulouse.fr

La HAS (Haute Autorité de Santé) oriente vers le questionnaire DFTCA (définition française des troubles du comportement alimentaire), pour un repérage ciblé des TCA :

2 réponses positives à ce questionnaire sont fortement prédictives d’un trouble du comportement alimentaire

  1. Vous faites-vous vomir parce que vous vous sentez mal d’avoir trop mangé ?
  2. Vous inquiétez-vous d’avoir perdu le contrôle de ce que vous mangez ?
  3. Avez-vous récemment perdu plus de 6 kg en 3 mois ?
  4. Pensez- vous que vous êtes gros(se) alors que d’autres vous trouvent trop mince ?
  5. Diriez-vous que la nourriture domine votre vie ?

Connaître les Troubles du Comportement Alimentaire

Diététicienne Toulouse,Diététicienne Toulouse,Diététicienne Nutritionniste D.E.,Comportementaliste alimentaire,Caroline  SeguinPeu connus, les troubles du comportement alimentaire (TCA) sont trop souvent mal dépistés. Selon les statistiques, 5 à 6% de la population française serait atteinte de TCA. Dans la pratique, les chiffres sont beaucoup plus alarmants. Des études récentes menées par le Dr Déchelotte (Unité de Nutrition du CHU de Rouen) évaluent à 20% ces désordres (avec une fréquence plus élevée chez les étudiants : 22%). Ce sont donc plusieurs dizaines de milliers de patients qui sont concernés. Le plus souvent, on associe aux troubles des conduites alimentaires les notions d’anorexie mentale ou de boulimie. En réalité, les formes de TCA sont plus variées :

L’ anorexie mentale ne concerne que 10% des TCA. Il s’agit d’un surcontrôle du poids et de l’alimentation qui conduit à un amaigrissement, avec souvent des angoisses associées (peur de grossir, de vomir, d’étouffer, de manger un aliment toxique, malsain ou sans traçabilité…). 

La boulimie (30% des TCA) s’apparente à une perte de contrôle de son alimentation caractérisée par des compulsions. La peur de grossir incite alors aux régimes successifs, à l’usage de laxatifs ou de diurétiques, aux vomissements provoqués ou aux jeûnes (des symptômes anorexiques et boulimiques associés peuvent également se manifester).

L’ hyperphagie (ou BED : binge eating disorder) touche 10% des TCA est consiste en accès boulimiques mais qui sont non compensés (pas de comportements inappropriés visant à éviter la prise de poids). On estime que 70% des obésités sont liées à des hyperphagies.

Les EDNOS (eating disorder not otherwise specified) sont les troubles les plus fréquemment observés et touchent 50% des TCA. Ce sont les « inclassables », les troubles atypiques, de forme mixte, qui ne présentent pas tous les symptômes d’une anorexie ou d’une boulimie, mais des symptômes diffus.

Enfin, et beaucoup plus rarement, certains TCA de forme particulière s’expriment : l’orthorexie (besoin extrémiste d’une alimentation saine et planifiée), le pica (ingestion de substances non digestes telles que la terre, la craie, le papier …), le mérycisme (régurgitations et remastications d’aliments) ou les phobies alimentaires (de se mettre à table, de manger des aliments d’une certaine couleur ou d’une certaine forme).

Quelle que soit la forme des symptômes, leur fréquence ou leur degré de gravité, une prise en charge et un accompagnement s’imposent. Ne laissez pas de place au doute…